pied plat valgus statique

I définition

- concavité du cavus non conservée lorsque le pied est en appui

- déformation ostéo-articulaire dûe à une hypotonie des liens musculo-ligamentaires

 

II caractéristiques

1) élargissment de l'empreinte

1er degré : isthme plantaire, bord interne concave

2ème degré : bord interne rectiligne

3ème degré : bord interne concave (pied à 3 maléoles)

l'empreinte est élargie en bipodale et reste plate en unipodale

 

2) effondrement plantaire

- déformation importante

- bord interne en contact avec le sol

- apparition de relief osseux sur le bord interne : saillie de la tête du talus, saillie du naviculaire, saillie de la maléole tibiale

 

3) position du calcanéum

- axé : universel

- en valgus : non générateur du pied plat mais aggravant

- en varus : post-traumatique

 

4) radiologie

a) cliché de face en charge

- observer la divergence talo-calcanéene

pied normal : angle de 15-20°

pied plat statique : angle de 40-50°

 

b) cliché de profil interne en charge

ligne de Meary

- elle passe par le talus, le naviculaire et le 1er métatarsien

pied normal : rectiligne

pied plat statique : ligne brisée

angle de Djan et Annonier

- sommet à la limite inférieure de l'interligne talo-naviculaire, 2 droites issues de ce sommet : une passant par les sésamoïdes et l'autre passant par la tubérosité du calcanéum

pied normal : 120°

pied plat statique : supérieur à 130°

 

 

III formes cliniques

1) pied plat enfant

- avant 3 ans, banal, fréquent, évolution favorable

- importante masse graisseuse au niveau plantaire

- torsion tibio-fibulaire n'a pas eu lieu

- motif de consultation : marche dysgrâcieuse, chutes fréquentes, équilibre instable

 

2) pied plat ado

- le sport est la principale cause de fatigue musculo-ligamentaire

- pied plat contractuel : déclencheur de la douleur

- motif de consultation : douleur aiguë, diurne, avec boiterie et cédant au repos

 

3) pied plat adulte

- douleurs en rapport avec : tendinopathies ou tensiopathie du tibial postérieur, plantalgies musculo-ligamentaires, arthrose du médio-tarse

 

4) pied plat acquis adulte

- pied plat de la femme ménopausée

- troubles circulatoires avec oedème de la cheville, insuffisance veineuse

- fatigue à la station debout et à la marche

 

5) pied plat racial

- absence de torsion tibio-fibulaire

- hypotonie constitutionnelle

 

6) pied plat pst-traumatique

- séquelles de fractures du calcanéum et du talus

 

 

VI traitements

1) chez l'enfant et l'ado

A) examen en décharge : observer la diminution du cavus

B) examen en charge : observer le valgus calcanéen

- la chute interne du médio-tarse a parfois des répercutions sur l'avant pied, sur la pronation de l'arrière pied et sur la pression sous la 1ere tête métatarsienne

- empreinte plate en bipodale et unipodale

C) test en statique sur le podoscope

- tester réductibilité du pied plat

- réaxer le calcanéum avec les cales de différentes tailles ( en général autant de hauteur que de degrè calcanéen)

D) observer l'empreinte podographique

- si avant pied en supination légère : SEMELLE DE TORSION : ESP+EPA(moitié hauteur ESP)

- si pronation médio-pied et avant pied : ESP+butée sous naviculaire ou HCI (si douleurs)

RQ : HCI entraine une paresse musculo-ligamentaire du médio-pied

- pied plat 1er degré : semelles efficaces

- pied plat 2eme degré : semelles efficaces mais surveiller l'évolution

- pied plat 3eme degré : après 10ans orienter vers la chirurgie

 

2) chez l'adulte

ESP+HCI si pied non douloureux

HCI si pied douloureux pour contrer l'effondrement du médio-pied (pas ESP)

RQ : ESP peut entrainer des douleurs en présence d'arthrose, de raideur, d'un manque de souplesse articulaire

       ESP : hauteur : moitié du degré de valgus calcanéen

43 votes. Moyenne 2.91 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site